« Franchement, je me préfère largement dans mon 44 avec mes formes féminines quand je vois tous ces sac d’os dans les magazines.  Tu crois qu’elles mangent sérieux ? »

« Putain mais c’est abusé ! Comment elle ose mettre ce short avec sa cellulite ? Ca craint. T’as vu ses cuisses ? On dirait des jambons»

« Non mais arrête, là c’est plus des courbes, c’est du gras chérie ».

« Moi, au moins, j’ai des seins. »

Je viens de vous sortir le genre de phrases que je n’ai plus jamais, jamais envie d’entendre dans la bouche d’aucune personne.

On arrive en cette année 2013 à une époque salutaire où les médias, le corps médical ou la société en général prennent conscience des dégâts qu’a causé l’apologie de la minceur et de manière plus générale, la pression exercée sur le corps des femmes.

via tumblr

Donc là j’ai envie de dire « Ah bah bravo. Non vraiment, bravo. Je vous félicite. Je veux juste faire un petit bisou en passant, à toutes les personnes qui sont mortes d’anorexie, qui ont été les bêtes noires de leurs camarades de classe durant des années, qui se sont faites raboter l’estomac pour rentrer dans leur 44 et à toutes celles qui ont des TCA . Je crois qu’on vous a entendu. Champagne ?».

Je pourrais partir dans un lynchage de la presse en générale et des âmes bien intentionnées qui pensent « à ta santé avant tout » mais je vais rester dans le positif.

Les consciences s’éveillent, les neurones se remuent et on voit apparaître des tas de mouvements qui redonnent la pêche. Je pense au courant body-positive dont le leitmotiv pourrait se résumer à « Tout le monde est beau parce que le corps humain est beau dans sa diversité  ». Je pense aux mannequins plus-size qui commencent doucement à dépasser le 42, je pense aux agences de mannequinat qui se spécialisent en physiques non normés et qui offrent à voir non pas un stéréotype de La Fââme mais des femmes, singulières et belles justement par cela.

Pour les hommes, ce n’est pas encore ça, c’est clair. Même si la norme est légèrement moins sectaire. Les mannequins intersexués*? EH OH, on a dit 2013 hein, pas 2046. (soupir)

C’est d’ailleurs pourquoi la suite de l’article se concentre sur les femmes cisgenrées ** , premières proies des injonctions portant sur le physique.

hlkjm

Quand je pense à ce lent et laborieux progrès, je pense aussi au revers de la médaille de cette suprématie du 36.

En ce moment les nanas maigres et minces en prennent plein la figure. Afin de réparer les dommages causés à celles qui font du 40 et à celles qui dépassent le 50 et dont l’existence était complètement niée il y a peu, on balance sur les plus fluettes. Enfin, les termes pour les décrire sont plutôt dans le genre « fil de fer » « sac d’os » ou « porte manteau », qui reste mon préféré.

Et les nanas « normées » donc pour se défendre disent qu’elles sont mieux gaulées, qu’elles n’ont pas de cellulite (aka la honte ultime au XXIè siècle hein… avoir de la cellulite c’est le harakiri de l’esthétique assuré hein, tu te planques dans une cave, tu prends ton roll-on et t’en sors une fois les cuisses lisses !) .

Donc là, pour résumer, on est scindées en deux clans et tout le monde se crache dessus. Et on en arrive à ce que je veux dire : Il faut arrêter cette guerre vaine et haineuse entre les nanas « normées » et celles marginalisées.

C’est le fait qu’il y ait une norme qui est naze et que l’on doit remettre en cause, pas les gens qui appartiennent à cette norme. Ils n’ont rien demandé ou ils en sont victimes.

ilhio

Plutôt que d’essayer de panser les plaies des unes en crachant sur les autres, si on se soudait pour envoyer valser cette foutue uniformité et dire une bonne fois pour toutes aux magazines féminins et leurs éternels régimes bikini d’aller se faire fout…cuire un œuf ?

Ceci d’ailleurs concerne également les femmes cisgenrées et les queers ou trans. Il n’y a pas de « vraie » femme, il n’y a pas de mieux, il n’y a que de l’autre.

Parce que c’est bien beau de rassurer les rondes/grosses en leur disant que leurs courbes sont magnifiques mais si on le fait en disant que les plus minces/maigres sont fades et plates, on inverse le problème plutôt que de le résoudre.

Sans oublier que les complexes n’ont rien à voir avec la taille. Ta voisine à la cité U que tu envies lorsqu’elle enfile sa petite robe à fleurs en 38, elle peut être complètement mal dans sa peau. Autant que ta copine qui fait du 46 et qui galère pour se sapper.

Ce n’est pas parce qu’on est épargnées voire glorifiées par les médias qu’on est insensibles aux invectives et qu’on est intouchables.

La révolution qui s’opère dans la milieu de la mode ne doit pas se faire au détriment de celles qui représentent encore l’idéal à atteindre.

Les minces sont les alliées des grosses dans ce combat contre le moule.

oiuiuouoi

Personne n’en veut du moule. Alors ne jouons-pas le jeu des médias, faisons-nous un gros câlin et partons ensemble en croisade contre les conneries que nous servent Karl Lagerfeld, les rédactrices de Elle et leur armée de zombies lobotomisés à la sauce Thinspiration.

La beauté unique n’existe pas. La beauté normée si. Et lorsqu’elle tend à devenir un modèle unique, il y a danger. Parce que des gens souffrent. Ceux qui ne correspondent pas souffrent.

Mais moi je préfère détruire le moule plutôt que d’essayer de le façonner d’une autre manière. Et vous ?

Vous choisissez de faire quoi ?

 

Source image : http://fuckyeahbodypositive.tumblr.com, tumblr, http://nadiaaboulhosn.com

 

*Intersexué(e)s : Il s’agit de personnes ayant des organes génitaux que l’on ne peut qualifier ni de masculins ni de féminins. C’est un entre-deux, en gros. Ce phénomène est dû à une altération de fonctionnement des chromosomes et/ou hormones.

**Cisgenré(e)s : Personnes dont le genre auquel elles s’assimilent correspond au sexe biologique diagnostiqué à leur naissance.

 

edit du 23/09 : Je ne culpabilise en aucun cas les personnes au régime ou souhaitant modifier leur corps selon leur gré. Il s’agit ici de savoir pour qui on se métamorphose, de reconnaître l’ascendant qu’a la société sur nous et de parler des effets pervers qui en découlent. Lutter pour retrouver sa silhouette « de base », sa morphologie, n’a rien à voir avec le fait de poursuivre un objectif inatteignable en étant motivé(e) par une névrose.

14 réponses à Colle ton gras contre mes os.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.